CUBA du 26 novembre au 09 décembre 2018


Présentation du pays.

Cuba, en forme longue la république de Cuba , est un État insulaire des Caraïbes formé de l'île de Cuba (la plus grande île des Antilles), de l'île de la Jeunesse (appelée île aux Pins jusqu'en 1976) et de quelques autres petites îles. Il est situé à l'ouest des grandes Antilles, à la confluence de la mer des Caraïbes, du golfe du Mexique et de l'océan Atlantique; au nord-est des Îles Caïmans; au nord-nord-ouest de la Jamaïque; à l'est du Mexique (Yucatan); au sud-sud-est de la péninsule de Floride; au sud-ouest des Bahamas; à l'ouest d'Haïti et des îles Turques-et-Caïques. 

Devançant Hispaniola en superficie, Cuba est toutefois derrière en nombre d'habitants: c'est ainsi la deuxième île la plus peuplée des Caraïbes avec près de 11 253 000 habitants. Sa capitale est La Havane, sa langue officielle l'espagnole et deux monnaies y sont utilisées: le peso cubain (utilisé par les cubain) et le peso cubain convertible(utilisé principalement par les touristes).

 L'île a été une colonie espagnole de 1492 à 1898 puis un Territoire des Etats-Unis d'Amérique jusqu'au 20 mai 1902. Depuis la révolution de 1959, Cuba se définit comme une république socialiste, bien que Fidel Castro n'officialise le caractère socialiste du régime que le 17 août 1961 durant l'épisode de la Baie des Cochons, dont le Parti communiste de Cuba, créé en 1965, constitue la «force dirigeante supérieure», mais le pays est considéré par ses opposants comme une dictature. 

Cuba est membre de l'Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA) depuis la Déclaration conjointe signée par Hugo Chavez (Venezuela) et Fidel Castro le 14 décembre 2004 à La Havane.

 

CLIMAT 

L'île est située au sud du tropique du cancer, elle jouit essentiellement d'un climat tropical qui est presque partout rendu agréable par les alizés. La moyenne de température s'élève à 25,5°C ou 78°F. L'air ambiant est très humide. La saison sèche va de novembre à avril. Le mois d'août est le plus pluvieux. Mais il ne pleut jamais plus de quarante-huit heures consécutives.

 

 

 

Formalités carte touriste (visa)

Pour rentrer sur le territoire cubain, il faut obligatoirement une carte touriste par personne. Nous en avons fait la demande sur le site internet https://www.novelacuba.com/fr le prix de la carte est de 27€/pers plus 1 € pour les frais de port. Il se passe moins d'une semaine entre la demande et la réception du courrier.

 

Hébergement et internet:

A CUBA, il y a internet en WIFI accessibles dans certains lieux publics après avoir acheté une carte de 1 ou 5 heures de  connexion, l'heure revient à 1 euro. Les grands hôtels et certains restaurants proposent internet à leurs clients.

Exceptionnellement, en raison de la faible couverture d'internet dans le pays. Nous avons réservé tous nos logements chez l'habitant (casa) à Cuba, sauf pour le deuxième séjour à La Havane avant de quitter le pays. Nous réserverons sur place pendant notre premier passage dans la capitale.

Remarque : L'hébergement de TRINIDAD dans le descriptif disposait d'internet. Mais en réalité nous dûmes nous connecter avec notre carte achetée chez l'opérateur, donc pas de WIFI comme chez nous.  


LA HAVANE du 26 au 29 novembre 18

1° jour

Le lundi 26 novembre à 8 heures 30, notre fille nous conduit à l'aéroport de Clermont-Ferrand, où nous arrivons à 9 heures 10.

Nous devons décoller pour Charles de Gaule à 10 heures 50, mais en raison de problèmes techniques nous partons avec une heure de retard (échange des deux roues en raison d'entailles sur les pneus sur le même train d'atterrissage).

Nous avons initialement, deux heures d'escale à PARIS, avec cet incident ils nous restent plus que 40 minutes avant la fin de l'embarquement.

Nous changeons de terminal et arrivons juste à l'heure pour le début prévu de l'embarquement. Là aussi notre vol part avec plus d'une heure de retard. Durant le trajet, nous traversons des zones de turbulences, c'est la première fois où je suis secoué comme cela dans un avion, c'était comme chez Mickey ou Astérix. Nous atterrissons à 19 heures 30 local, Cuba à 6 heures de décalage horaire avec la métropole, la température extérieur est de 26° et l'air est humide.

Nous avons la désagréable surprise à l'arrivée, un seul bagage est là, celui de Josiane est encore à Paris comme 6 autres, ils arriverons le lendemain par le vol régulier, nous devrons revenir en taxi le lendemain le récupérer, moyennent 45 CUC pour le taxi aller/retour ( trajet casa-aéroport). Nous quittons l'aéroport à 21 heures 30 en taxi, prix initiale 25 à 30 CUC après négociation, nous obtenons 22 CUC soit 19,40 € les 18 km. Notre hôte MAIKEL, nous attend à l'entrée du bâtiment.

 

Hébergement : Nous avons réservé sur Air B&B, chez Maikel au prix de 18,67€ frais de réservation inclus avec clim et salle de bain partagée, dans le quartier CENTRO à 500 mètres au nord-ouest de National CAPITOL. Sa mère propose un petit déjeuner hyper complet avec lait, café, jus de goyave, deux œufs au plat ou omelette, fromage, jambon et une dizaines de tranches de pain grillé, beurre, miel sans oublier du concombre et de la tomate 1 bananes et ½, le tout pour 5 CUC par personne. Je recommande sa casa, de plus son fils parle anglais, elle uniquement l'espagnol, nous très très peu, on arrive à se faire comprendre, c'est parfois cocasse.

 

2°jours

Nous avons parcouru à pied les rues de la capitale et vue successivement, le CAPITOL National, Le grand théâtre, le PASEO DEL MARTI avec ses grands hôtels, la fabrique de cigares PARTAGAS, la rue INDUSTRIA, le quartier CENTRO, le CASTILLO de SAN SALVADOR de la PUNTA.   

Le MALECON, l'avenue du bord de mer est le repère incontournable, il s’est imposé comme l’une des images cultes de la capitale cubaine. Lieu de passage et de rencontres, il s’étire sur 8 km entre les quartiers de CENTRO HABANA (HAVANE CENTRE), de VELADO et de MIRAMAR.

Le cimetière COLON comporte 4 portes, mais on peut rentrer uniquement par la porte nord, comme par hasard, nous sommes arrivés par la porte est et avons dû faire le tour. Vient ensuite la place de la Révolution et le Mémorial JOSE MARTI. De cette même place sur des bâtiments officiels prônent les portraits de FIDEL et du CHE, ils sont d'ailleurs présents partout dans le pays et la propagande aussi (payant 1CUC/pers).

Le but de cette balade est la station de bus VIAZUL pour acheter nos billets pour CIENFUEGOS. VIAZUL est la compagnie de bus officiel pour les touristes. En bus le trajet entre LA HAVANE et CIENFUEGOS coûte par personne 20 CUC en 5 heures, un rabatteur de taxi-collectif devant les bureaux de vente, nous proposent 30 CUC en 3 heures, sachant qu'il faut payer 10 CUC pour le trajet en taxi entre la casa et la station de bus. Les taxis collectifs vous prennent devant votre logement et vous déposent devant le suivant. Nous nous laissons séduire par les taxis et nous ne seront pas déçus sauf pour le trajet SANTA CLARA/LA HAVANE, nous ferons le trajet avec un couple Italo-Cubain.

Pour le retour vers le centre-ville près du CAPITOL, nous tentons les bus réservés aux locaux, un jeune nous indique de prendre la ligne 27.

Nous n'avons pas encore de CUP (monnaie officiel des cubains), le chauffeur refuse 1 CUC par personne, je lui donne 1 CUC pour nous deux, il met le billet dans une urne, le trajet coûte officiellement 1 CUP soit l'équivalent de 4 centimes d'euros (1CUC=25CUP). Les bus sont bondés, les bus urbains ne sont pas pour les touristes. Ce fut une bonne expérience, une personne nous a même dit où descendre au plus près.

 

3° jours

Nous passons devant le parc FE DEL VALLE qui est un lieu WIFI, ensuite nous rejoignons le PASEO DEL MARTI, devant les grands hôtels sont stationnés de nombreuses vieilles américaines des années 50 et début 60, pour promener les touristes. Durant notre séjour, nous serons en permanence sollicités par les taxis, cocos taxi, taxis à cheval et bici-taxi. Nous descendons la PASEO DEL MARTI en direction du MALECON. Des enfants d'une école situé le long font l'activité physique sur l'allée, à même le sol. Nous voyons le musée de la révolution et devant un élément des anciennes fortifications de la ville.

Pour rejoindre la forteresse DEL MORO, nous optons pour un bus local la course fait normalement 1 CUP, notre plus petite coupure est 5 CUP (0,2 euro).

Le fort devait ouvrir à 10 heures mais nous ne pouvons entrer à 10 heures 20, pendant l'attente nous faisons la connaissance d'une Savoyarde en vacances chez la belle-mère de son frère. L'entrée est de 6 CUC/pers pour nous et 6 CUP pour un cubain soit 25 fois moins, cette différence de traitement est une pratique très courante en Asie et en Amérique du Sud.

 

La vue du fort sur le front de mer et la capital est très intéressante, si vous voulez le fort pour vous comme beaucoup de lieu touristique fréquenté, il faut être présent dès l'ouverture. Ensuite nous allons en direction de la Cabana FORTRESS, le Christ de La Havane, près de cette statue se trouve l'ancienne maison du CHE, transformée en musée. Pour rejoindre l'autre rive nous empruntons le ferry (1 CUP/pers, 0,04 Centimes d'euro), très peu de touristes l'empruntent la majorité utilisent les taxis, ils prennent environ 5 CUC. A titre indicatif un retraité cubain après 40 ans à travailler touche l'équivalent de 10 CUC/mois, c'est un Canadien marié avec une Cubaine qui nous a donné cette information.

Le ferry nous débarque, au quartier VIEJO, où nous allons successivement, à la place San FRANCISCO et la basilique du même

nom, la place d'Armes, le fort REAL FUERZA, la pharmacie TAQUECHEL c'est la plus vieille pharmacie de la ville. Vient ensuite la place de la cathédrale et la place VIEJO.

Nous terminons la visite de ce quartier en empruntant des rues moins touristiques. Comme toujours le contraste est flagrant, il en est de même dans le quartier où nous logeons. Nous sommes seulement à moins de 500 mètres du CAPITOL, à la première impression d'extérieur la rue, la chaussée, les façades...vous pourriez croire que vous être dans un bidonville. Mais l'intérieur de notre logement est correct.

Nous aurions aimés loger dans la même casa à notre prochain passage à La Havane, chez Maikel ce n'est pas possible. Son fils et elle nous ont trouvé un logement, chez une voisine juste de l'autre côté de la rue au 312. une chambre avec salon et salle de bain non partagée, la personne nous fait le même prix que chez Maikel soit 20 CUC.

Le lendemain le taxi collectif est devant la porte de la casa à 7 heures précise.  


CIENFUEGOS du 29 novembre au 2 décembre 18

 

Capitale de la province éponyme avec ses 170 000 habitants, La Perla del Sur (perle du Sud) n’a pas volé son qualificatif. Certes elle ne rivalise pas avec le cachet de sa voisine TRINIDAD ou de la Vieille HAVANE, mais CIENFUEGOS sait pourtant ménager ses hôtes et stimuler le désir. En juillet 2005, son centre historique a même été reconnu comme appartenant au patrimoine mondial par l’Unesco.

La beauté de sa baie, la plus profonde du pays, étend ainsi ses 88 km². Et depuis 2016, le port, qui a été bien réaménagé,

accueille plusieurs bateaux de croisière par semaine.

Après 3 heures de trajet, le taxi nous dépose devant l'hostel CUARTERO chez VALODIA. Notre hôte nous offre un jus de goyave en guise d’accueil, nous séjournons chez elle, 3 jours et 3 nuits.

Hébergement : L'hostel CUARTERO chez VALODIA

La nuitée nous revient à 9,10 euros TTC AIRBNB, climatisation et salle de bain privée. Le petit déjeuner est à 4CUC/pers il est très très copieux. Nous recommandons +++, VALODIA est très gentille et attentionnée.

 

Pendant ces trois jours à CIENFUEGOS, nous parcourons la ville et ses environs :

Le parc central JOSE MARTI est ses beaux édifices, son arc de triomphe unique à CUBA, le théâtre TOMAS TERRY (5 CUC), la cathédrale de la PARISIMA CONCEPTION, le palace FERRER (1 CUC/pers).

Nous sommes rentrés dans des magasins (fréquentés principalement par les touristes les prix sont en CUC) acheter quelques produits, surtout de l'eau, les quelques rayons sont pleins, mais le choix est plus que limité. Vous avez sur 5 mètres et trois niveaux des spaghettis de la même marque, il en est de même pour les quelques autres produits présents.   

Au cœur du quartier historique, nous nous baladons sur l’Avenida 54 (boulevard), axe semi-piétonnier reliant le parc MARTI au PRADO artère principale de la ville. Sur cette allée piétonne, le samedi matin nous assistons à des danses traditionnelles effectuées par des adolescents. Nous rejoignons l'extrémité sud de la Calle 37 (PRADO) en direction de PUNTA GORDA. Ce quartier est une étroite langue de terre sur la péninsule, s’enfonçant dans la baie, elle abritait, avant la révolution, les résidences cossues de l’aristocratie et de la bourgeoisie locale.

Nous visitons hors du centre, le cimetière de la REINA. Édifie en 1836, c’est le plus ancien de la ville. Ravagé par le passage

de différents cyclones, c’est le seul cimetière cubain conservant malgré tout des sépultures en niches de l’époque coloniale. De

nombreux Français y reposent.

 

Un après-midi, nous allons enfin au CASTILLO DE JAGUA (5 CUC l'entrée/pers). La citadelle est accessible en bateau depuis le port de CIENFUEGOS avec 2 départs par jour 1CUC/pers pour environ 1 heure de traversée, départs à 9h et 13h ou en voiture 70 kilomètres, il faut contourner la baie. La veille nous nous sommes rendus à l'embarcadère situé à extrémité

sud de la Calle 25 à 12H45, soit quinze minutes avant le départ. Le bateau était déjà parti car il était complet.

 

La forteresse se dresse sur une colline surplombant l’ouest de la baie avec un panorama superbe à la clé. Sa construction débute en 1733 et les Espagnols l’achèvent en 1745. Son objectif stratégique est de protéger la région, notamment l’activité

économique florissante, des offensives britanniques et des incursions pirates.

La veille du départ de la ville nous réservons un taxi collectif pour TRINIDAD, le trajet en bus coûte 7CUC, nous payons pour le taxi 8 CUC comme pour le précédent transfert c'est un porte à porte. 


TRINIDAD du 2 au 5 décembre 18

 

Inscrite au patrimoine mondial, la troisième ville fondée par Velázquez, en 1514, se niche entre les collines avancées de la Sierra de l’Escambray et la mer des Caraïbes. Elle a fêté ses 500 ans en 2014 lors de grandes et belles cérémonies. A cette occasion, la

ville a pris un coup de jeune, de nombreux travaux de rénovation ont eu lieu pour la préparer à cet anniversaire et de nouveaux

bars et casas ont ouvert à cette occasion. Avec ses 50 000 habitants, elle s’est imposée comme l’un des sites touristiques

majeurs du pays. Difficile donc d’aller à Cuba sans faire un tour sur place. Une simple balade dans le vieux centre historique pavé, articulé autour de la PLAZA MAYOR qui aligne les superbes palais coloniaux et les petites rues pavées suffissent à comprendre l’engouement suscité par TRINIDAD.

 

Notre taxi collectif est devant l'hostel à 11 heures, c'est une vieille voiture américaine. Nos compagnons de route sont trois jeunes français de RENNES en voyage pour 6 mois, les deux filles finissent leur étude de médecine dans 2 ans et 4 mois de périple pour le garçon, ils voyagent ensemble une grande partie. Ils ont visité le MEXIQUE, maintenant CUBA, puis l' AMERIQUE CENTRALE et du SUD. Nous sommes donc six, trois sur la banquette avant avec le chauffeur et trois aux places arrières, pas de ceinture de sécurité à attacher, il n'y en a pas, c'est normal la voiture est plus âgée que nous!

 

Hébergement: Nous avons réservé notre casa à deux pas du parc CESPEDES, chez GLADYS et NARDO , nous payons 9,10 € TTC par nuit une chambre double avec salle de bain privée, climatisation. Le petit déjeuner est à 5 CUC par personne, il est un peu moins copieux que les précédents. Nous apprenons le lendemain, les jeunes Rennais ont négocié le prix des petits déjeuner à la baisse dans les différentes guests sur CUBA.

Il en est de même pour presque tout, transport privé, hébergements, alimentation dans la rue par exemple pour un ananas ou des bananes (15 petites) sur les étals ou marchands ambulants dans la rue, prix demandé 1 CUC (environ 1€) soit 25 CUP, payé après négociation 10 CUP(0,4 €), il est conseillé aussi d'avoir des pesos cubain sur soi (CUP).

 

A notre arrivée, GLADYS et sa famille, nous accueillent et elle sert un verre de vrai jus de mangue frais.

Les sacs déposés nous partons à la découverte de cette vieille ville aux rues pavées et aux petites maisons colorées. On commence par le parc CESPEDES, les rues nous mènent à la place MAYOR. Dans une de ces rues nous sommes témoins d'une scène irréelle. On voit un homme inanimé couché, le tronc sur le trottoir, les jambes dans le caniveau et les bras écartés. Il semble ne pas respirer, nous voyant le regarder. Un homme s'arrête, le l'examine, puis il passe son pouce de part et d'autre de sa gorge comme pour la trancher, nous faisant comprendre qu'il est mort et s'en va.

Nous poursuivons vers le couvent SAN FRANCISCO DE ASIS qui est aussi le musée National de la lutte contre les bandits (les bandits étant les contre révolutionnaires), prix d'entrée 1 CUC/pers. Visite du petit musée, nous montons au sommet du clocher, où nous avons une très belle vue sur l'ensemble de la ville, ses toits et les environs. Nous montons ensuite au sommet de la colline la LOMA de la VIGIA, depuis que nous sommes à CUBA il fait des températures légèrement supérieure à 30° en journée. Après environ trente minutes de montée la vue en vaut la peine. Nous voyons TRINIDAD, la côte, les montagnes, la VALLE DE LOS INGENIOS vallée que nous allons parcourir en train le deuxième jours. 

Le deuxième jour comme indiqué ci-dessus, nous allons à la gare un peu avant 9 heures pour acheter nos billets, pour la balade en train à vapeur. Les différents guides de voyages indiquent le prix du ticket à 10 CUC, nous payons 15 CUC par personne, la motrice aurait du être à vapeur, nous avons à la place une vieille diesel fumante. Nous comme presque tous les voyageurs avons à la fin de la journée, les vêtements avec des traces noires de graisse ou de suie, les sièges et montants des wagons sont sales. Le train met environ 3 heures pour faire la trentaine de kilomètres, avec une heure d'arrêt au village d' IZNAGA. Le village se résume à de l'artisanat et une tour (1 CUC/pers).

Le but final est FNTA, une ancienne sucrerie transformée en musée (1 CUC/pers). Des gens extraient avec une petite machine manuelle à rouleaux du jus de canne à sucre. Nous buvons un cocktail de rhum et de jus de canne (2 CUC le verre). Après un peu plus d'une heure d'arrêt le convoi repart dans l'autre sens. Cette fois, il s'arrête près de deux habitations rustiques, le matin en passant des gens faisaient cuire un porcelet. La sortie en train se termine à 15 heures. Cette sortie ne vaut pas le prix payer, nous aurions du faire comme les jeunes Rennais aller à la plage ANCON, en bus ou en taxi-collectif(1 ou 2 CUC/pers). Après nous retournons en ville pour prendre notre déjeuner.

Le soir nous allons aux abords de la place MAYOR prendre un cocktail, mojito pour l'un et pina colada pour l'autre, les prix

varient en fonction de la proximité cette place de 1,5 à 3 CUC le verre, les cocktails sont excellent.

La troisième journée et la matinée du 5 nous parcourons encore de long en large la ville et sa périphérie. La veille du départ nous pré-réservons notre ticket de bus VIAZUL pour SANTA CLARA (8 CUC par pers), les taxis-collectif demandent 15 CUC/pers.

Mercredi à 13h00, nous quittons notre guest house à pied, la station de bus est seulement à 700 mètres. Je paie nos tickets 16 CUC et nous devons acquitter 1 CUC pour l'enregistrement de nos gros sacs à dos.

Le bus part avec 25 minutes de retard, il est vétuste, la clim est noire de crasse et sent, les sièges s'inclinent sans le demander...

Nous assistons à des choses bizarres il y a beaucoup de personnel, nous avons 2 conducteurs en uniformes et deux assistants (pour un seul bus).

Quand le véhicule est arrivé d'une autre destination, le conducteur le moins gradé conduisait déjà et il fera la totalité du nôtre soit plus de 3 heures et sans les pauses réglementaires. En cours de route, il s'arrêtera 4 fois pour faire leurs petites affaires (marché noir ou autre), lui ou des assistants descendent; récupérer une roue de voiture, déposer 4 bouteilles en plastique vide à une personne qu'ils récupéreront sûrement au prochain trajet pleines, déposer un gros plastique avec des objets dans une maison au bord de la route, acheter deux sacs de gâteaux pour le chef conducteur, bref tout cela peut paraître irréel.

Après un arrêt court et programmé à CIENFUEGOS, nous arrivons à 17h15. Nos sacs à peine récupérés, dans le hall de la station de bus, nous sommes assailli par les chauffeurs de taxi, rabatteurs d’hébergement... Comme, à notre accoutumé nous

nous mettons à l'écart, sortons nos sacs à dos des housses de transports. Ils ne restent plus que deux personnes, un jeune nous

demande 5 CUC pour aller au centre-ville, je propose 3, il part le deuxième un Coco-taxi (taxi jaune en forme de noix de coco) accepte, il nous apprendra après que le jeune était un taxi clandestin.


SANTA CLARA du 5 au 7 décembre 18

 

SANTA CLARA est la capitale de la province de VILLA CLARA, située au centre de CUBA. Elle est notamment connue pour ses monuments emblématiques de la révolution.

Elle est surtout connue, quand le 30 décembre 1958, quelques révolutionnaires ont eu comme consigne de stopper un train blindé remplie de munitions et de militaires. Ce train avait pour but de donner un deuxième souffle au dictateur BATISTA. A la tête du groupe, un révolutionnaire qui fera l’histoire de Cuba et de la révolution, un argentin nommé Ernesto CHE GUEVARA.

 

À l'ouest de la ville, la place de la révolution avec le mausolée de CHE GUEVARA. C'est le lieu de sépulture du célèbre  révolutionnaire ainsi que d'autres combattants. Il est surmonté d'une statue de bronze massive représentant le dirigeant révolutionnaire. Le musée historique de la Révolution adjacent contient des objets et des effets personnels relatant la vie de CHE GUEVARA.

 

Hébergement : HOSTAL VISTA AL MEJUNJE HABITACION SUITE, avec climatisation salle de bain privative pour 18,7€ la nuit le petit déjeuner est à 5 CUC/pers. Nous le prendrons uniquement le premier matin, il ne vaut pas le prix payé. La propriétaire parle un peu français.

Le soir de notre arrivée nous allons flâner sur la place principale qui est le cœur de la ville et surtout un point wifi.

Le lendemain matin nous marchons jusqu'à la station de bus VIAZUL. Le ticket SANTA CLARA/LA HAVANE coûte 18€/personne, un rabatteur de taxi collectif nous propose 20€/pers. Il nous dit que nous serons quatre, rendez-vous pris pour 9 heures le lendemain. Ensuite nous allons à la place de la Révolution, au mausolée du CHE, ensuite nous retournons au centre-ville.  En chemin nous voyons des scènes de la vie courante des cubains, les files d'attente devant les magasins, pour acheter ou rentrer à l'intérieur.

Nous achetons dans une agence de tourisme, deux billets pour visiter la fabrique de cigares CONSTANTINO PEREZ CARRODEGUA (4 CUC/pers). La visite est en anglais, nous devons déposer notre sac à dos à la consigne, les photos sont

interdites dans l'usine. Mais la guide nous indiquera après que nous pouvons en prendre depuis la rue. La visite est très intéressante, un employé, nous explique les différentes étapes de la fabrication, de contrôles et calibres. Il propose même de nous en vendre.

Ensuite nous allons au musée du train blindé qui a rendu célèbre EL COMMANDANT, puis voyons tous près la statue du CHE et l'enfant.

EL COMMANDANT est présent partout dans cette ville, il est même peint sur les mûrs de certaines maisons d'habitation.

 

 

Le 7 au matin notre taxi est devant la porte à l'heure. Première surprise la taille de l'auto est petite pour 4 passagers et bagages

plus le chauffeur, c'est une vieille 309 de 1987. Elle a presque plus rien d'origine, exemple le tableau de bord est celui d'une CHEVROLET.

Le rabatteur est présent, il nous indique que nous allons chercher une Cubaine et la compagne du conducteur. Deuxième surprise, la personne ne vient plus, il nous demande de payer sa place soit 60 CUC pour nous deux, nous refusons. On change de conducteur et récupérons la compagne du nouveau pilote, ils mettent du fuel domestique dans le réservoir. Ils nous conduisent à la gare routière pour tenter d'avoir un autre passager, après quelques minutes le rabatteur et un autre viennent et nous proposent 55 €. Nous restons ferme, indiquons que nous allons descendre et prendre le prochain bus (16 heures 20). Le chauffeur qui est le propriétaire du véhicule, dit OK, nous prenons enfin la route, il est 10 heures.

Nous constaterons par la suite qu'il devait aller obligatoirement sur LA HAVANE, récupérer sa nouvelle licence dans la banlieue de la capitale et déposer sa compagne. Xième péripétie, pendant le trajet, le conducteur franchit le terre plein central, traverse les 4 voies de circulation de l'autre sens. Il rentre dans une petite ferme, se gare derrière un bâtiment, voyant notre air surpris, dit "no terrorist". En réalité, après une brève discussion avec le paysan, ce dernier vient avec un bidon en plastique de 20 litres de fioul domestique et le vide dans le réservoir. En repartant, le chauffeur nous indique “black market” (marché noir). Pour finir, un trajet vendu pour 3 heures a duré 5 heures. Ne pas payer son trajet en avance, vous êtes ainsi en position de force et la fermeté a du bon parfois. Arrivée à LA HAVANE le taxi téléphone à notre hôte pour lui indiquer que nous sommes là.


LA HAVANE 2° acte du 7 au 9 décembre 18 

 

L'après-midi, nous marchons dans les quartiers de CENTRO, la VEIJA et assistons au coucher de soleil sur le front de mer (MALECON).

Le lendemain, en sortant de la casa, nous sommes interpellés par un chauffeur de taxi pour se déplacer en ville. Comme à l'accoutumé, je lui dit que nous n'en avons pas besoin. Il me demande pour l'aéroport, je lui indique que j'en ai déjà un. Nous avons pré réservé avec notre hôte un taxi pour l'aéroport à 25 CUC. Nous partons, il nous propose 20 CUC, le marché est conclus, rendez-vous le lendemain à 7 heures. Notre hôte n'aura pas de commission comme c'est souvent le cas.

 

Ensuite nous allons vers l'ouest de la ville, empruntons la rue NEPTUNO en direction du quartier VEDADO. Dans cette ville comme dans tout CUBA, le meilleur côtoie le pire. Nous voyons des habitations en ruines où les arbres poussent sur les murs, juste à côté une autre est refaite à neuf. Régulièrement les étages sont refaits alors que la structure du rez-de-chaussée tient par des étais.

Nous allons jusqu'à l'université de LA HAVANE, nous sommes samedi l'accès est fermé, on peut y déambuler uniquement en semaine.

Ensuite le square DON QUICHOTE avec la statue du même nom. Vient des rues résidentielles arborées, où se succèdent les maisons avec jardin. Nous revenons par le front de mer ou les rues parallèles.

Le dimanche 9 matin une vieille américaine marron de marque CHEVROLET, nous attend dans la rue et nous conduit à l'aéroport.

 

Hébergement : Notre dernier logement dans le pays aura été aussi le moins bien et le plus cher rapport qualité prix, c'est pour cette raison que je donne pas ses coordonnées.

BILAN

Nos impressions :

C'est à LA HAVANE (chez MAIKEL) CIENFUEGOS, TRINIDAD et SANTA CLARA que nous avons eu les meilleurs casas et accueil, et la meilleure nourriture, même si tout manque dans les magasins.

C’est la première fois depuis bientôt trois ans que nous voyageons, que nous ressentons ce manque de tout. C’était apparemment comme cela dans l’Europe de l’Est avant 1989 et la chute du mûr de BERLIN, c'est une allemande qui nous a indiqué ce fait, ou en Europe de l'ouest, pendant et après la 2° guerre mondiale. Ici on a l'impression d'avoir fait un bon de 60 ans en arrière pour certaines choses. L'état des bâtiments, le réseau d'eau, les fuites d'eau dans les rues sont très nombreuses et importantes, le parc automobile, la pollution (voitures, usines...), l'état des rues...

Les gens qui vont dans les magasins d'état forment de longue file d'attente pour chercher leur quota de denrées de premières nécessité, riz, pain...Dans les autres magasins, il y a toujours un vigile à la porte et on entre par un ou deux à la fois. Une personne sort, une peut entrer. Les gens vous indique qui est le dernier de la file, celui qui est juste avant vous.

 

Pour les jeunes ce sera peut-être différent. Internet arrive malgré le monopole d’ETESCA (les Télécoms nationaux) et l’accès au WIFI a le même effet que partout. Tous les soirs, les parcs qui donnent accès au WIFI sont plein de monde, toute génération confondue, surfant ou conversant sur SKYPE ou Whatsapp avec leur famille à l’étranger. Le monde rentre à Cuba à travers Internet et les Cubains veulent en faire pleinement partis.

A LA HAVANE, les prix sont double voir plus. trois exemples l'hébergement, repas et l'eau. 

L'eau est essentielle, car elle est impropre à la consommation pour nous occidentaux. La bouteille de 1,5 litre était 0,7 CUC (rappel 1 CUC=0,91€) et celle 5 litres coûtait à 1,9 CUC dans les autres ville, c'est souvent de l'eau filtrée et non de l'eau de source. A LA HAVANE, nous n'avons pas réussi à trouvé des 5 litres, la 1,5 L variait entre 2 et 3 CUC pour les quelques magasins qui en vendaient, autrement c'est 1 CUC la bouteille de 1/2 litre.

Un plat de langouste à la capitale nous a coûté 12 CUC, à CIENFUEGOS 6 CUC. Elle était meilleure et  l'assiette plus copieuse. Les  hébergements 20 CUC à LA HAVANE et moins de 10 à CIENFUEGOS et TRINIDAD.

 

Les déplacements à CUBA occupent une part importante du budget d'un routard comme nous voyageons, les cubains voyages très peu. Le train quand il relit deux villes met 2 à 3 fois plus de temps que la voiture et dans un inconfort d'un autre temps(siège en bois).

Loger chez l’habitant pendant treize jours, nous a permis de partager le quotidien. Je suis bien conscient que les gens qui nous ont logé sont déjà des privilégiés du système comme les chauffeurs de taxi, car on les paye en CUC et même si l’état les prélève

sévèrement, ils ont quand même un niveau de vie très supérieur à la moyenne. Exemple VALODIA a abandonné son emploi d'ingénieur pour louer une chambre à 9,1€ par nuit et 4 CUC pour le PDJ/pers.

 

 

Attention à LA HAVANE :

Quand une personne vous propose de l'aide ou vous aborde dans la rue, sans que vous l'ayez sollicité. C'est très souvent qu'elle a une arrière pensée, au bout de quelques minutes, elle vous demandera d'acheter du lait pour bébé, de lui payer à boire ou à manger dans un établissement pour touriste. Une fois un homme s'est présenté, comme un professeur d'économie et jeune papa, après une dizaine de minutes de conversation, il nous a demandé de lui acheter de la VENTOLINE (aérosol pour l’asthme) pour son enfant qui vient de naître, il y a moins d'une heure...

Ce sont des fait réels qui nous sont arrivés.

 

Nous sommes contents d'être venu et d'avoir visiter ce pays, avant qu'il ne soit trop transformé ou perde de son authenticité. De grands hôtels et des infrastructures sont en constructions ou en rénovations. La société de consommation est en marche pour une partie de la population.

Nous avons apprécié notre séjour à CUBA.  

DEPENSES CUBA

TRANSPORT

198,16 €

HEBERGEMENT

207,64 €

ALIMENTATION

271,42 €

VISITES et VISA

114,65 €

FRAIS BANCAIRE

17,30 €

TOTAL

809,17 €

 

Le budget prévisionnel était de 90€/jour/deux, pour 14 jours 1344€. Comme indiqué dans le tableau ci-dessus, nous avons dépensé 809 € soit 535 de moins.

 

Attention :

Comme indiqué ci-dessus, nous avons logé chez l'habitant (AIR B&B), dans les hôtels c'est beaucoup plus cher. Nous négocions les transports (taxi, taxi collectif). Nous évitons d'aller manger dans les restaurants proches des centres-villes ou des lieux très touristiques. Le même plat varie parfois du simple au double, c'est pas parce que vous payez plus cher que c'est meilleur et plus copieux (nous en avons fait l'expérience). Une demie-langouste avec un peu de riz nous avons payée 12 CUC, dans un autre restaurant la même commande 6 CUC avec plus de riz et des haricots rouge en plus ( à CIENFUEGOS).